Tobie Lolness, tome 1, de Timothée de Fombelle

Les dernières pages de ce roman dévorées, savourées, à peine digérées, je sens déjà l’amour gonfler dans mon cœur. Il y a ces livres que l’on referme mais que l’on ne repose jamais vraiment. Ils deviennent des compagnons de route, des réserves à histoires, à images dans lesquelles on sait pouvoir revenir puiser inlassablement.

9782070629459FS

Mon avis

J’ai lu Tobie Lolness comme on se plonge dans un tableau aux nuances délicates. Aucun mot n’y est superflu, tous sont nécessaires. Les phrases y sont vibrantes, pétillantes, chaleureuses, et la vie foisonnante. J’ai adoré, l’espace de quelques heures, me faire infiniment petit pour observer le monde à travers les yeux de Tobie, un millimètre et demi au compteur (tout de même). « Le monde », dans ce roman, se limite en fait à « l’Arbre », tout comme notre monde s’est longtemps limité à la Terre, avant de découvrir la possibilité d’un ailleurs. Mais un arbre, c’est déjà beaucoup, surtout quand on est minuscule. Un peu d’eau dans le creux d’une branche et nous avons un lac entier. Une petite coquille d’escargot, et voilà un abri pour la nuit…

Ce qu’il y a de chouette avec ce changement de perspective, c’est qu’il suffit à nous remettre à notre place. Nous aussi sommes minuscules, à une autre échelle. Les parallèles sont finalement nombreux entre le monde de Tobie et le nôtre, comme autant de clins d’œil de l’auteur invitant à la réflexion. Tobie Lolness pose des questions morales, philosophiques, politiques et écologiques. Si l’Arbre regorge de merveilles, trop nombreux sont les dangers qui le guettent, entre un Jo Mitch assoiffé de pouvoir qui souhaite exploiter la sève (et tout creuser, tout !) pour en faire une source d’énergie, et une société entière qui lentement s’organise autour de la peur de l’autre, ces fameux « Pelés » que personne ne voit jamais mais qui sont étrangement menaçants…

Je n’ai pas connu l’ennui une seule seconde pendant ma lecture, tant les événements s’enchaînent de façon étonnante. Les personnages secondaires sont nombreux, mais pas superficiels : d’un instant à l’autre, leur laideur peut devenir beauté, et leur cruauté se muer en humanité (et vice et versa). La construction de la narration est de ce point de vue très intéressante, puisqu’elle opère de fréquents allers-retours et autres changements de perspectives qui donnent soudainement une toute autre couleur à l’intrigue. Cette dernière, d’ailleurs, s’articule autour d’une longue course-poursuite du héros contre la mort, mais Tobie Lolness n’oublie pas d’être aussi drôle que poétique. Et ça, c’est la cerise sur le gâteau. Voilà. Vivement la suite (puisqu’il y a un Tobie Lolness 2, que je me suis déjà procuré) !

Untitled design (7)

Tobie Lolness, tome 1
Timothée de Fombelle chez Gallimard Jeunesse
Parution le 28 janvier 2010
EAN : 9782070629459
400 pages - 8,50€
dès 10 ans

A propos facedecitrouille

Prof de lettres et d’anglais en lycée pro, j’aime la littérature jeunesse et ado de tout mon p'tit cœur de crapaud.

2 réponses

  1. Vraiment une de mes séries préférées de tous les temps ! C’est tendre, poétique, drôle, prenant, réfléchi, engagé…
    Je ne me lasse pas de le relire de temps en temps, embarquée en quelques secondes dans cet univers si particulier, retrouvant la plume de l’auteur, ses phrases ciselées et précises, ses descriptions superbes, ce regard acéré sur le monde, les illustrations pleines de charme…
    Bref, je ne suis qu’amour pour Tobie Lolness ❤

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s