Chroniques

The Book of Dust : La Belle Sauvage (tome 1), de Philip Pullman

Quiconque ayant lu (et aimé) la trilogie À la croisée des mondes (His Dark Materials en VO) de Philip Pullman peut se douter de l’impatience avec laquelle j’attendais la sortie de ce premier volume de The Book of Dust. Déniché à Londres peu de temps après sa mise en vente officielle, je viens d’en achever la lecture et croyez-moi : j’ai de la poussière plein les yeux (euh, des étoiles).

La_Belle_Sauvage_Cover

Le résumé (10)La Belle Sauvage plante son décor à Londres, dix ans avant la trilogie originale. D’emblée, nous marchons dans les traces de Malcom Polstead, un jeune garçon dont les parents tiennent une auberge nommée The Trout (La Truite), située au bord de la Tamise. Ce dernier détail est important, car c’est ici qu’est amarrée l’une des possessions les plus précieuses de Malcom : son canoë, La Belle Sauvage. Un atout majeur, alors que les éléments déchaînés s’apprêtent à mettre la capitale sens dessus dessous…

Le résumé (11)J’avoue avoir mis du temps à entrer réellement dans ma lecture : quelques pages par-ci, quelques pages par-là… Loin de dévorer cet ouvrage, je me contentais de le picorer. C’est que Philip Pullman sait prendre le temps de dépeindre l’apparente banalité du quotidien qui peu à peu se trouble et se fissure. Il ne donne pas trop d’informations d’un coup. Chaque chose en son temps. La première moitié de La Belle Sauvage nous laisse donc tout le loisir d’entrer dans l’intimité de Malcolm, ses rêveries, ses questionnements, ses relations avec les nonnes du prieuré situé non loin de l’auberge, ainsi qu’Alice, employée par ses parents. Nous découvrons sa soif d’apprendre, son sens pratique, sa volonté d’aider son entourage… En bref, nous avons un peu l’archétype du héros de littérature jeunesse : le brave garçon gentil et malin, auquel il n’est pas bien difficile de s’attacher.

There was probably nowhere, he thought, where anyone could learn so much about the world as this little bend of the river, with the inn on one side and the priory on the other. He supposed that when he was grown up he’d help his father in the bar, and then take over the place when his parents grew too old to continue. He was fairly happy about that. It would be much better running the Trout than any other inns, because the great world came through, and scholars and people of consequence were often there to talk to. But what he’d really have liked to do was nothing like that. He’d have liked to be a scholar himself, maybe an astronomer  or an experimental theologian, making great discoveries about the deepest nature of things.

Rapidement, Malcolm croise le chemin de Lyra, l’héroïne d’À la croisée des mondes, âgée ici d’à peine quelques mois. Je ne vous en dis pas plus à ce sujet pour ne pas vous gâcher le plaisir, mais sachez que dès lors, le bizarre ne cesse de s’infiltrer dans l’existence du jeune garçon. Des rencontres étranges, une menace qui guette, des objets qui se perdent, de mystérieuses prédictions…

C’est vers la moitié du roman que le rythme s’intensifie véritablement ; c’est donc à peu près là que j’ai cessé de picorer pour me mettre à dévorer. Et des choses à se mettre sous la dent, il n’y en avait pas qu’un peu ! J’ai éprouvé tour à tour la terreur, la détresse et l’émerveillement des personnages. J’ai vu des relations évoluer, changer de cap, des énigmes se résoudre pour en laisser place à de plus étonnantes encore… Et surtout, surtout, j’ai retrouvé la magie d’À la croisée des mondes. Sa dimension poétique et philosophique est l’une des choses les plus émouvantes qu’il m’ait été donné de goûter en littérature jeunesse, et j’ai retrouvé tout cela dans La Belle Sauvage. C’est un roman qui parle d’humanité, de nature, de notre place dans l’univers, de religion, d’éthique, d’amour, de mythologie… Le tout avec des images d’une grande beauté, des images qui se fixent dans la mémoire et continuent de faire frissonner bien longtemps après la lecture.

Bref, pour le dire en trois mots : vivement la suite !

4 réflexions au sujet de “The Book of Dust : La Belle Sauvage (tome 1), de Philip Pullman”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s