Cœur de loup, de Katherine Rundell

Cette chronique représente le point final de mon cycle de lectures consacrées au Cold Winter Challenge (dont vous pouvez déjà découvrir mon bilan ici)… et comme les choses sont bien faites, ce défi s’achève sur mon premier coup de cœur littéraire de 2018. Elle est pas belle, la vie ?

A58815.jpg

Le résumé

Féodora et sa mère mènent une vie tranquille et solitaire en plein cœur de la forêt, quelque part en Sibérie. Elle côtoient rarement d’autres humains, préférant à ces derniers la compagnie des loups dont elles ont la responsabilité. Leur mission ? Les « ensauvager » de nouveau au terme d’une vie de captivité et de domestication, une fois que les aristocrates – qui les considèrent comme des animaux de compagnie prestigieux – finissent par s’en lasser.

Mais cette profession de l’ombre attise la méfiance, et lorsque le tsar proclame son illégalité, réclamant que les loups soient tués plutôt que relâchés dans la nature, c’est l’existence même de Féodora et sa mère qui se trouve menacée…

Mon avis

Cœur de loup est un roman d’une grande fraîcheur, et pas seulement parce qu’il se déroule en Sibérie ! L’intrigue est à la fois originale et simplement menée, sans en faire des tonnes. Les premières pages nous immergent d’emblée dans le mode de vie atypique de l’héroïne…

Les maîtres-loups sont quasiment impossibles à repérer.

Un maître-loup n’a rien à voir avec un dompteur de lion ou un M. Loyal, il peut passer sa vie entière sans jamais poser les yeux sur un sequin. Son apparence extérieure est, à peu de chose près, celle d’une personne ordinaire. Des indices existent tout de même : il manque à plus de la moitié d’entre eux un morceau de doigt, le lobe d’une oreille, un ou deux orteils. Ils changent de bandages comme d’autres changent de chaussettes. De plus, il se dégage de leur personne une très légère odeur de viande crue.

…héroïne que j’ai justement appréciée à la fois pour son caractère (sauvage, à l’image des loups qui représentent pour elle une véritable famille) et sa manière d’avancer à tâtons dans le vaste monde qui s’ouvre à elle. Lorsque son destin tout tracé (puisqu’elle sera bien évidemment maître-loup, comme sa mère) se trouve soudain chamboulé, elle n’a pas d’autre choix que de fuir, nouer des alliances et tisser la résistance face à la tyrannie du tsar. Son évolution est extrêmement intéressante. Jeune fille prise au dépourvu par l’étrangeté des codes sociaux humains, elle parvient peu à peu à trouver sa place… sans pour autant trahir sa nature profonde (comprendre : son cœur de louve).

L’omniprésence de la nature donne une véritable couleur à ce roman. La neige (les neiges), les intempéries, les forêts et leur végétation tortueuse….  Tantôt des alliés, tantôt des ennemis, ils ne cessent d’accompagner Féodora dans ses péripéties. Mais la force de Coeur de loup réside également dans l’apparition de personnages secondaires aussi attachants que charismatiques. Entre Ylia, jeune soldat enrôlé malgré lui dans l’armée du tsar alors qu’il ne rêve que de danser, et Alexeï, révolutionnaire survolté rêvant de jours meilleurs, Feodora fait la rencontre de personnes situées, tout comme elle, en marge de de la société. Une société figée par la peur qu’il va décidément falloir bousculer.

La fin réserve quant à elle de jolies surprises, que bien évidemment je vous tairai. Katherine Rundell est sans doute allée un peu vite sur certains détails, et sans doute a-t-elle préféré la poésie à la crédibilité… Mais honnêtement, je ne le lui reproche pas : si l’hostilité des éléments et de l’adversité est largement évoquée, il nous fallait bien un dénouement tout mignon, je trouve, pour se réchauffer le cœur. L’autrice réussit en tout cas le défi de proposer un chouette roman pour la jeunesse, avec des images évocatrices, des paysages à couper le souffle et des personnages véritablement inspirants.

– Je ne sais pas d’où vient le courage. Mais je sais que si on en rassemble un tout petit peu, il en vient encore plus sans qu’on fasse d’effort. D’accord ? Alors on n’a pas besoin d’une grosse quantité de bravoure, seulement d’un soupçon. Vous en êtes capables ?

Untitled design (7)

Cœur de loup
Katherine Rundell, chez Gallimard Jeunesse
Parution le 22 septembre 2016
EAN : 9782070588152
336 pages - 14,50€
à partir de 10 ans

A propos facedecitrouille

Prof de lettres et d’anglais en lycée pro, j’aime la littérature jeunesse et ado de tout mon p'tit cœur de crapaud.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s